Les actifs hydratants pour nos cheveux


Il est important de bien connaître les besoins de ses cheveux afin d'éviter que les produits utilisés n'aient l'effet inverse escompté. Pour vous aider dans vos choix, voici un petit résumé des principaux agents hydratants capillaires, ainsi que leurs propriétés respectives souvent complémentaires. Pour votre information, certains actifs peuvent cumuler plusieurs propriétés.

Pour rappel, un cheveu est une matière biologiquement morte : il ne peut pas se régénérer de quelque façon que ce soit, il ne peut pas être "nourri" ni "hydraté". Ce qui compte avant tout c'est l'aspect de l'enveloppe externe du cheveu, la cohésion de ses écailles et sa lubrification, 2 facteurs qui dépendent des lipides (sébum et ciment intercellulaire). Le facteur eau n'apparaît pas déterminant en ce qui concerne sa brillance, sa définition et sa douceur. Seulement le cheveu contient bien une eau interne, et l'humidifier reste malgré tout utile pour redonner de la malléabilité, apporter de la souplesse aux cheveux en brumisation légère suivie d'un soin hydratant (émulsion, corps gras) pour fermer les écailles.
Pour ce faire, des cosmétiques hydratants on été mis au point. Ils agissent de deux manières, certains forment un film protecteur à la surface de la cuticule et limitent ainsi la perte d'eau, d'autres font pénétrer de petites quantités d'eau dans le cheveu. Parmi les nombreux ingrédients qui les composent, certains actifs sont dits filmogène, émollient, ou humectant :

1. Les filmogènes
Leur rôle est de freiner l'évaporation de l'eau, c'est-à-dire les pertes insensibles en eau. Les agents filmogènes ne pénètrent pas le cheveu : ils agissent en surface (vaseline, paraffine, silicone, acide hyaluronique) pour renforcer le pouvoir hydrolipidique et limiter le phénomène d'évaporation de l'eau. On les appelle également agents occlusifs. Il existe deux types d'agents filmogènes : les filmogènes hydrophiles et les filmogènes hydrophobes.

● Les filmogènes hydrophiles :
Ce sont de très grosses molécules capables de "capturer" de nombreuses molécules d'eau. Elles créent ainsi un "hydrogel" (hydrocolloïde) lequel forme en surface un film hydraté qui freine l'évaporation de l'eau, mais laisse le cuir chevelu respirer.

Les principaux filmogènes hydrophiles sont des protéines, des sucres complexes, des polymères de synthèse.

● Les filmogènes hydrophobes : 
Ils sont plus efficaces, car ils diminuent les pertes insensibles en eau. Ils forment un film totalement imperméable à la surface du cheveu. Leur inconvénient est qu'ils sont épais, gras et qu'ils empêchent le cuir chevelu de respirer (ils ne doivent s'appliquer que sur les longueurs). Les plus utilisés sont le petrolatum et la vaseline* qui réduisent les pertes insensibles d'eau de plus de 98%, alors que les silicones les réduisent de 20 à 30% et n'ont aucune affinité biologique avec les constituants naturels du cheveu.

Les "bienfaits" de la vaseline se résument à capter la poussière ambiante et à poisser. En entrant en contact avec le cuir chevelu, elle va l'asphyxier, car elle ne pénètre pas comme le ferait une huile végétale, mais reste en surface et obstrue les pores.

Les hydrophobes bloquent complètement l'humidité tant extérieure qu'intérieure (action occlusive), tandis que les hydrophiles peuvent malgré tout laisser entrer et sortir un peu d'humidité.


Les hydrophobes sont les plus efficaces pour stopper l'évaporation de l'eau interne et les frisottis (liés au temps humide qui fait gonfler le cheveu), mais peuvent être lourds pour les cheveux fins ou très poreux.

Les cires naturelles sont aussi des agents filmogènes qui s'opposent efficacement à l'évaporation de l'eau. La cire d'abeille demeure la plus employée, mais on trouve aussi de plus en plus d'autres cires végétales.

Parmi les agents filmogènes, nous avons : Acétylcitrate de tributyle (Acetyl tributyl citrate), Polymères d'acrylates et d'acrylamides, Cires (candellila, carnauba, cera bellina…), Cellulose et dérivés (acétates, nitrates…), Chitosan et dérivés, Colophane, Résines et gommes, Polyquarterniums.

2. Les émollients
Les agents émollients lissent, colmatent les cuticules et la structure du cheveu, car ils comblent leurs microfissures. On peut dire qu'ils renforcent le ciment lipidique. Ils s'opposent donc à l'évaporation de l'eau, mais pas autant que les agents filmogènes. Comme ils sont constitués de lipides naturels, ils ont la capacité de pénétrer profondément le cheveu et d'y jouer un rôle actif.

Ce sont essentiellement des huiles végétales, mais également des graisses animales et des lipides libres. Ils restaurent la qualité du ciment lipidique et accentuent la résistance du cheveu vis-à-vis de la déshydratation. En associant les huiles végétales à des agents humectants, on obtient ainsi une meilleure hydratation. 

3. Les humectants
Ce sont des produits constitués de petites molécules capables de faire pénétrer l'eau jusqu'au cortex du cheveu grâce à leurs propriétés hygroscopiques (absorbe l'humidité de l'air par absorption ou par adsorption). Ils se comportent comme une éponge qui trouve de l'eau quelque part et s'en gonfle. Chimiquement parlant, ils forment des liaisons hydrogène avec les molécules d'eau.

La glycérine est l'un des humectants le plus utilisé en cosmétique. Elle a la capacité de retenir plusieurs fois son poids en eau, ce qui lui confère des propriétés hydratantes exceptionnelles.

Voici une liste des humectants les plus populaires dans les produits capillaires :

Alcools : Propylene glycol, 1,2,6 hexanetriol, Butylene Glycol, Dipropylene glycol, Hexylene Glycol, Glycérine, Triethylene glycol, etc.

Sucres : Glucose, Fructose, Sorbitol, Xylitol.

Humectants d'origine biologique : Sodium PCA, Panthénol, Acide Hyaluronique, Miel, Nectar d'agave, Urée.

L'effet des humectants sur les cheveux dépend du taux d'humidité atmosphérique :

Dans les endroits où le taux d'humidité est très bas et qu'il n'y a pas assez d'humidité à puiser dans l'air, il y a de fortes chances que les humectants absorbent l'eau qui se trouve dans le cheveu rendant les cheveux encore plus secs. Dans les endroits où il y un taux important d'humidité, les cheveux secs, abîmés et poreux vont absorber trop d'humidité ce qui va gonfler les cuticules et les soulever. Les résultats sont des frisottis et des cheveux d'apparence ternes.
Un point à retenir : en concentration trop élevée, les agents humectants peuvent être irritants. Soit parce qu’en retenant trop d'eau ils altèrent la structure lipidique du ciment intercellulaire, soit parce qu'ils attirent tellement l’eau du derme vers l’épiderme qu’ils en deviennent profondément desséchants.

Les humectants sont nos amis, à condition de les utiliser au bon moment et de privilégier les plus naturels (glycérine végétale et miel, par exemple).

Les meilleures formules cosmétiques hydratantes conjuguent au moins un agent humectant avec des émollients ou des agents filmogènes/protecteurs : d'une part pour attirer l'eau dans les cellules et d'autre part l'empêcher de s'évaporer.


Combattre & traiter les poils incarnés


Bien au-delà de l'aspect inesthétiques qu'ils génèrent, les poils incarnés peuvent faire mal et s'infecter. Aujourd'hui nous allons apprendre comment lutter contre eux, mais pour commencer, il faut déjà connaître son ennemi.

Qu'est-ce qu'un poil incarné ?

Normalement, les poils se développent au niveau du follicule et se développent vers le haut et en dehors de la peau. Si un poil est mal coupé ou mal arraché, il dévie alors de sa trajectoire naturelle et continue de pousser de manière entortillée sous la peau sans parvenir à percer le derme. C'est parce-qu'il continue à pousser sous la peau qu'on le nomme "poil incarné".

Les causes du poil incarné  

La principale cause du poil incarné est le rasage ou l'épilation : le poil coupé ras ou épilé a alors du mal à repasser la barrière cutanée et a tendance à s'incarner.

 Rasage avec des rasoirs à double ou triple lames : le poil après le 1er passage de la lame voit son sens de pousse dévier et rentre alors dans la peau. Ceci est encore plus à risque si le rasage est effectué à "rebrousse-poil", c'est à dire dans le sens contraire de la pousse des poils (par exemple en remontant sur les jambes). Le poil, coupé à contresens, est dévié de sa trajectoire. 

▪ Épilation à la cire : il est classique d'appliquer la cire dans le sens de la pousse des poils (vers le bas sur les jambes) et de l'arracher dans le sens contraire de leur pousse (vers le haut pour les jambes). Là encore, cela tend à tordre le poil qui risque de s'incarner. À force, l'épilation affaiblit le poil qui pousse plus fin et moins costaud. Les risques qu'il n'arrive pas à percer le derme deviennent donc donc plus élevés.

▪ Frictions répétées : les poils ne peuvent pas sortir facilement de l'épiderme quand il y a des frottements fréquents (vêtement trop serré par exemple). Ces frottements tendent à épaissir la couche cornée et tordre les poils favorisant ainsi leur incarnation.

▪ Le type de poil : les poils frisés ou crépus poussent en "tire-bouchon" et non droits, ce qui favorise leur incarnation. Pareil pour le poil fin qui, contrairement au poil épais, risque d'avoir du mal à transpercer le derme.

▪ Obstruction des pores de la peau : quand les pores sont bouchés (mauvais renouvellement des cellules cutanée), les poils ne peuvent pas les traverser quand ils repoussent, ils se voient donc contraints de changer de direction. L'obstruction des pores peut aussi s'expliquer par l'utilisation de crèmes trop épaisses ou par l'amas de couches de cellules mortes au niveau de l'épiderme. 

▪ Un épaississement de la couche cornée une peau naturellement plus épaisse (peau noire par exemple) ou un manque d'hydratation assèche la couche cornée, qui s'épaissit, le poil n'arrive pas à poindre, alors il pousse sous peau.


Les poils incarnés reviennent souvent dans certaines zones de la peau, comme la barbe chez l'homme ou le maillot et les aisselles chez la femme. Il s'agit de localisations soumises à de fréquentes épilations, rasages, et/ou frottements. S'ils sont laissés ainsi pour compte, ils peuvent laisser de petites cicatrices ou des marques disgracieuses sur la peau.

Complications du poil incarné

Un poil incarné peut provoquer une inflammation ou des rougeurs à la surface de l'épiderme. Cette inflammation peut occasionner :

    des petits boutons rouges
    des démangeaisons
     des irritations
    des infections avec du pus (folliculite *)
     des kystes
     des cicatrices hyper pigmentées


La folliculite est une infection du follicule pileux. Elle peut être la conséquence du poil incarné. Elle peut éventuellement s'accompagner par la formation d'une pustule remplie de pus.

/!\ N'essayez jamais d'extraire vous-même le poil, particulièrement en cas de suppuration, vous risquez d'aggraver la situation ! De même il ne faut pas raser ni épiler la zone en question.

Lorsqu'il est infecté, le poil incarné peut devenir douloureux, chaud et la papule (élevure en relief de petite dimension, solide, et ne contenant pas de liquide) gonfle, parfois jusqu'au stade d'abcès. S'il n'est pas traité, l'infection peut se transformer en kyste abcédé (très douloureux!) qu'il faudra inciser chirurgicalement. En cas d'infection (folliculite, abcès...), consulter un médecin.

Prévention du poil incarné

La façon la plus simple d'éviter les poils incarnés est de laisser pousser les poils pendant quelques semaines en laissant sortir 1 ou 2 mm de poil, histoire qu'ils reprennent un peu du poil de la bête (barbe par exemple) et laisser la peau souffler. 

S'il n'est pas possible d'arrêter le rasage, l'idéal reste le rasoir électrique. En cas d'utilisation de rasoir à lame, il faut :

    - utiliser un rasoir à une seule lame
    - mouiller la peau avec de l'eau chaude
    - utiliser un gel de rasage plutôt qu'une mousse
    - raser dans le sens de la pousse des poils
    - faire le moins de passages possibles du rasoir
    - ne pas raser trop près et trop ras
    - éviter de couper la peau
    - rincer le rasoir après chaque passage


Les rasoirs électriques contrairement aux rasoirs manuels n'irritent pas la peau contrairement aux autres modes d'épilation (épilation à la cire, rasoir manuel) puisqu'elle n'est pas en contact direct avec la lame, mais protégée derrière une grille. La règle primordiale à connaître sur le rasage électrique, c'est de ne jamais appuyer fortement la tête de rasage sur votre peau. En effet, cela n'a aucun impact sur l'efficacité du rasoir et engendre un frottement (inutile) qui irrite votre peau. Vous devez donc effectuer des mouvements lents et modérés lors du rasage, horizontaux/verticaux avec un rasoir grille et circulaires avec un rasoir à têtes rotatives. Pour les peaux sensibles, de nombreux rasoirs électriques peuvent s'utiliser sous la douche ou avec de la mousse à raser.

Avant l'épilation
On exfolie sa peau régulièrement 1 fois/semaine avec un gommage composé de grains ou un gant de crin afin de l'affiner et de la rendre moins rugueuse. L'exfoliation élimine les peaux mortes et laisse la voie libre aux poils. L'idéal est d'exfolier sa peau 2 jours avant de s'épiler. En cas de peau sensible, il est recommandé de ne procéder à un gommage que tous les 15 jours.

Vous ne devez jamais faire de gommage sur une zone déjà abîmée et/ou avec des boutons au risque de l'agresser encore plus et de laisser des cicatrices. Le cas échéant, attendez que les boutons disparaissent avant d'exfolier la zone.

Pendant l'épilation
Quelle que soit la technique choisie, on prend une douche bien chaude afin d'ouvrir un maximum les pores de la peau et de laisser sortir les poils.

Après l'épilation
On hydrate immédiatement avec une crème ou une huile nourrissante en massant longuement après la séance d'épilation (ou de rasage) pour faire partir les petites rougeurs et soulager l'épiderme, mais aussi pour rendre la peau plus souple et plus fine : plus la peau est sèche, plus les poils ont des difficultés à percer.


Il faut miser sur une hygiène irréprochable : on lave rasoir, pince à épiler et spatule après chaque utilisation. On désinfecte la zone à épiler avant, mais aussi après l'épilation avec une pierre d'alun par exemple ou une huile essentielle antiseptique (ravintsara, tea tree) qui permet de prévenir les infections et qui peut être utilisé quelques heures avant l'épilation pour limiter les bactéries.

S'il n'est pas possible d'éviter l'épilation, on peut recourir à la dépilation par crèmes dépilatoires (elles attaquent directement la kératine, détruisant ainsi le poil et son enveloppe jusqu'à la base) ou l'épilation au laser. En cas de persistance d'épilation à la cire, on arrache la cire dans le sens de la pousse des poils.

Soigner naturellement les poils incarnés

Il existe des remèdes maison pour éviter les poils incarnés, soulager la zone douloureuse et accélérer la guérison. Ces quelques remèdes vont vous permettre de soigner vos poils incarnés si vous ne les grattez pas !

Imbiber un coton d'eau florale d'hamamélis (astringente, purifiante et anti-irritation par excellence, elle est également apaisante, et tonique veineux) et appliquez-le à l'endroit où se trouve le poil incarné. Ce soin va calmer la peau irritée, réduire les rougeurs et l'inflammation. A utiliser avant et après l’épilation.

Appliquer de l'argile verte sur le bouton afin de favoriser la remontée du poil à la sortie de la peau, ce qui vous permettera ensuite de le retirer avec facilité avec une pince à épiler désinfectée.

Appliquer une compresse chaude et humide en application continue sur la partie touchée pour assouplir le poil et le faire remonter à la surface. Il sera sera ainsi possible de l'extraire avec une pince à épiler stérilisée. Désinfectez la plaie après avoir enlevé le poil pour éviter une éventuelle infection. 


Dans tous les cas, si vous vous apercevez qu'un poil incarné se transforme en kyste/petit abcès ou si vous n'arrivez pas à vous débarrasser d'un poil incarné enfoui trop profondément sous la peau, ne tentez rien et filez chez votre dermatologue.
Sachez aussi que la meilleure des solutions reste de limiter les risques d'apparitions des poils incarnés avec une hygiène appropriée et des gestes simples.

Comment traitez-vous vos poils incarnés et comment vous les évitez ? 




Le pH des produits capillaires


La peau et les cheveux sains ont un pH naturel acide d'environ 5.5. Ce pH acide leur est donné par les sécrétions cutanées. Son rôle protecteur contre les micro-organismes et la déshydratation est essentiel pour maintenir le bon équilibre d'hydratation des cheveux.

Notion de pH

Le pH (Potentiel hydrogène) est un nombre qui permet de déterminer le caractère acide, neutre ou basique d'une substance aqueuse (qui contient de l'eau)L'échelle de pH est graduée de 0 à 14, elle se lit à partir de la neutralité, c'est-à-dire pH 7. 

Le caractère acide, neutre ou alcalin (basique) d'une solution est déterminée par sa concentration en atomes d'hydrogène (ions H+).

- Majorité d'ions H+ = pH acide - L'acidité oscille entre entre 6.9 et 0
- Egalité d'ions H+ OH- = pH neutre - La neutralité se situe à 7
- Minorité d'ions H+ = pH alcalin ou basique - L'alcalinité oscille entre 7.1 et 14



C'est un facteur très important dans la préparation des cosmétiques, car il permet de contrôler le (non) développement des bactéries et agit également sur la texture des émulsions. Le mélange d'un produit acide et d'un produit basique provoque la neutralisation du mélange qui devient soit inefficace, soit dangereux.

La solidité des cheveux tient à la structure de son cortex, mais sa brillance, sa douceur ou sa facilité de coiffage sont en grande partie liées à l'état de sa cuticule.


La cuticule constitue la couche la plus externe du cheveu. Elle est constituée de micro-plaques de kératine en forme d'écailles qui enveloppe toute la surface de la fibre capillaire. Elle a pour rôle de protéger sa structure interne (le cortex), mais aussi et surtout de maintenir son hydratation.

Les écailles du cheveu doivent être bien lisses et régulières, impeccablement jointes comme les ardoises d'une toiture. De cette manière, elles réfléchissent mieux la lumière, limitent les frictions entre les mèches (source d'enchevêtrement) avec un aspect lisse. C'est là qu'intervient le pH des produits capillaires qui peut être d'une grande utilité.

L'effet du pH sur les cheveux

Les cheveux tout comme notre peau sont recouverts d'un film hydrolipidique constitué d'une fine pellicule huileuse faite de sébum, de sueur et de cellules mortes appelé "manteau acide" dont le pH est légèrement acide. Cette acidité agit comme une barrière pour empêcher les bactéries non-résidentes de se développer et permet le bon équilibre de l'hydratation des cheveux. Il joue également un rôle dans le lissage des écailles de la cuticule à la surface de la tige capillaire et de l'aspect doux et soyeux de celui-ci.



Les paramètres qui augmentent le pH du cheveu sont par exemple les dommages structurels qu'il subit (chaleur, traitement mécanique brutal, etc.) ou l'usage de solutions alcalines (coloration, permanente, assouplissement/défrisage, produits détergents). L'augmentation du pH du cheveu a pour conséquence de le charger négativement, ce qui le fait gonfler et le rend poreux, et lui donne un aspect brouillon, sec, rêche, indémêlable,  terne avec une tendance à la casse.

L'influence des produits sur le pH des cheveux

Tous les cosmétiques capillaires ont un pH (shampoings, après-shampoings, gels, masques, etc.). Pour fermer/coucher les écailles de la cuticule, et bien les souder les unes aux autres, le pH maximum est légèrement acide (entre entre 4.0 et 4.5 et jusqu'à 5.5). Un pH plus élevé (alcalin) aura l'effet inverse, il va hérisser les écailles du cheveu qui vont s'écarter comme les feuilles d'un palmier. Il va également amollir sa cuticule.

{ Exemple : Après avoir rincé un produit défrisant dont le pH est très élevé, il faut absolument utiliser un shampoing neutralisant dont le rôle est de stopper l'action du défrisant (qui continue d'agir même après rinçage) et ainsi faire chuter le pH du cheveu à son niveau normal, c'est-à-dire entre 4 et 5.5. Cela ne s'applique pas qu'aux produits défrisants. À chaque fois que vous aurez à utiliser un produit dont le pH est supérieur à 7, il faudra rééquilibrer le pH du manteau acide }.



La plupart des shampoings et AS ont un pH compris entre 5 à 7, un peu moins pour les conditionneurs dont le but est de resserrer les écailles du cheveu. Les shampoings qui ont un pH au-dessus de 8.5 peuvent entraîner des problèmes de cuir chevelu (eczéma, pellicules, psoriasis, démangeaisons du cuir chevelu, ...). Dans ce cas, il est conseillé de rincer les cheveux avec une solution vinaigrée pour abaisser son pH au point isoélectrique * ou légèrement en dessous pour sceller et lisser sa cuticule.


* Le point isoélectrique (pI) ou potentiel hydrogène isoélectrique (pHI) est le pH auquel une molécule est sous forme d'ion mixte ou, en physico-chimie, le pH d'une solution aqueuse dans laquelle un solide existe sous un potentiel électrique neutre.

Les shampoings et conditionneurs légèrement acides peuvent donc être appliqués pour renforcer la couche externe du cheveu, lisser sa cuticule, mais aussi diminuer le diamètre du cheveu (ce qui permet de réduire le volume des cheveux). Un cheveu qui est proche du pH idéal, soit 4.5 et 5.0, atteint ainsi son pic de force

Attention un produit trop acide avec un pH de 2 à 3, décompose le cheveu !

Pour simplifier, tout produit qui a un pH < à 3 ou > à 7 est mauvais pour les cheveux. Tout produit ayant un pH compris entre 4.5 et 7 est acceptable pour les cheveux. 

Note : Contrairement à la peau, la fibre capillaire n'est pas en mesure de rééquilibrer son pH naturellement.

Déceler les produits capillaires acides

Certains produits mentionnent leur pH, mais cette tendance n'est pas vraiment généralisée. La plupart des produits capillaire sont dotés d'un pH proche du manteau acide du cheveu et permettent d'atténuer le pH du cheveu à un point identique ou légèrement en dessous du point isoélectrique. Dans la liste INCI (fin de liste), ils sont ajoutés en très petite quantité pour ajuster le pH du produit et ils peuvent être repérés grâce à la présence certains composants tels que : Sodium hydroxide, Triethanolamine, Behentrimonium chloride, Stearalkonium chloride, Amine oxides, Cetrimonium chloride, Citric acid, Ascorbates, Citrus extracts.

Comme mentionné plus haut, la plupart des shampoings et après-shampoings sont acides. Les premiers ont un pH compris entre 4,5 ou 7. La plupart des shampoings vendus en grande surface ont un pH de 7 et parfois 8. Les shampoings neutres ont un pH de 7, lègèrement alcalin, ils ont un pH de 7.5. Les shampoings clarifiants sont alcalins, ils soulèvent les cuticules pour permettre un nettoyage en profondeur : il ne faut pas en abuser, car ils restent décapants pour les cheveux.



Les après-shampoings ont un pH compris entre 2.5 et 3.5 qui permet de lisser les cuticules, faciliter le démêlage et de rendre les cheveux brillants. C'est assez logique que son pH soit plus acide, puisque c'est le dernier produit utilisé dans la phase de lavage. 

Lorsqu'il n'est pas indiqué sur le produit, le meilleur moyen de déterminer le pH est de faire un test. Vous pouvez le faire avec des bandelettes indicatrices de pH qui s'achètent en pharmacie, mais également dans des magasins du type Leroy Merlin ou en boutique (physique ou en ligne) d'Aroma Zone.

L'eau est également un facteur à prendre en compte dans le calcul du pH. Il faut savoir que l'eau courante a un pH compris entre 6.5 et 8 (en fonction de l'endroit où on vit), mais elle est considérée comme neutreElle a quand même tendance à alcaniser la peau et les cheveux. 



Il faut plusieurs heures à la peau pour recréer son film hydrolipidique et son acidité, en revanche le cheveu ne sait pas re-créer lui-même son film, on peut l'y aider en utilisant une solution aqueuse légèrement acide (lotion à base de vinaigre ou de citron) en rinçage pour restaurer le pH du cheveu après lavage.

Si vous confectionnez vos propres produits capillaires, il est nécessaire de vérifier le PH de votre préparation avant de l'utiliser et de le réguler si besoin, car un pH trop éloigné de celui de la peau ou des cheveux peut perturber leur équilibre et certains ingrédients sont pH-dépendants et ne s'activent qu'à un pH précis.

Les pH à connaître pour faire ses cosmétiques :

    Un nourrisson a un pH à peine inférieur à 7 (neutre)
     Une peau normale a un pH d'environ 6.5 (presque neutre)
    Une peau sèche a un pH acide inférieur à 6.5 (acide)
    Une peau grasse a un pH supérieur à 6.5 (alcalin)

Si vous ajoutez plusieurs ingrédients acides (acide citrique, acide hyaluronique,…), il vaut mieux s'assurer que le pH ne soit pas trop acide, pareil pour les produits très basiques (je pense à certains tensioactifs). Assurez-vous toujours que votre gel douche par exemple n'ait pas un pH trop élevé (surtout pour la flore vaginale qui n'aime pas qu'on vienne perturber son acidité protectrice). Bref, le contrôle de votre pH en fin de préparation doit donc devenir un réflexe...

Pour quels cosmétiques dois-je prendre le pH ?

Le pH de vos préparations cosmétiques a une incidence directe sur la santé de des cheveux et de la peau. D'une manière générale, on conseille les pH suivants :

    > Les crèmes à base d'eau 
    > Les lotions avec des tensioactifs
    > Les shampoings liquides et gels douches

    - Crème visage : 5,5 à 7
    - Crème corps : 5 à 7,5
    - Soin capillaire : 4,5 à 5
    - Gel douche : 5 à 7,5

Bon à savoir : seuls les produits à base d'eau ont un pH. Les huiles et beurres n'ont pas de pH. Il est donc inutile de gaspiller une bandelette test pour vérifier le ph d'un sérum huileux par exemple.

Faites-vous particulièrement attention au pH de vos produits capillaires ? Avez-vous constaté une différence depuis que vous y accordez de l'importance ? 


Atténuer les taches pigmentaires


Les taches brunes apparaissent sous l'action des radicaux libres engendrés par les rayons ultraviolets du soleil. Elles portent également le nom de "taches de soleil" ou de "lentigo solaire" et apparaissent avec des tailles variables sur des zones de peaux exposées au soleil. Ces petites taches généralement plus foncées que la peau normale sont liées à une production en excès de mélanine par des cellules : les mélanocytes.


Les taches brunes sont une réaction normale de la peau, c'est-à-dire un mécanisme de défense face aux radicaux libres générés par les rayons ultraviolets.
Elles n'ont pas de conséquence sur pour la santé, elles posent souvent un problème esthétique et sont généralement bénignes, mais il faut rester attentif quant à leur possible évolution et ne pas hésiter à faire examiner ces taches par un spécialiste si elles évoluent en terme de taille, de forme, d'aspect ou de couleur.

Les taches brunes sont principalement causées par une exposition aux rayons ultraviolets du soleil et surtout suite à une exposition répétée. En effet, sous l'effet du soleil, le mélanocyte est stimulé et sécrète la mélanine qui pigmente la peau. C'est le secret du bronzage protecteur. Nous disposons tous d'un capital soleil fixé dès la naissance, très différent pour chacun d'entre nous. Ce capital est la dose maximale de soleil que nous pouvons accumuler tout au long de notre vie. Si le mélanocyte est trop sollicité, il se comporte alors de façon anarchiquela mélanine peut se concentrer sur certaines zones de la peau et la pigmenter d'avantage, ce qui donne les "taches brunes".

Il y a plusieurs types de tache d'hyperpigmentation :

- Les lentigos : ce sont des taches beiges, pâles de forme ronde ou ovale localisés aux endroits exposés ausoleil (bras, mains, poitrine, visage, dos, épaules, jambes). Elles peuvent être là dès la naissance ou survenir à partir d'un certain âge chez les caucasiens suite à des expositions solaires répétées. Dans ce cas on parle de "taches de vieillesse" ou de "taches de soleil". C'est toutefois une erreur de les désigner ainsi, car les lentigos solaires n'ont absolument rien à voir avec le vieillissement. C'est le soleil qui en est responsable.

- Le chloasma, mélasma ou encore masque de grossesse : c'est une hyperpigmentation du visage en large tache qui concerne non seulement les femmes enceintes, mais également les femmes sous hormones, donc entre la puberté et la ménopause. Il correspond à une pigmentation des joues et du front qui peut survenir au cours de la grossesse, d'où son nom de "masque de grossesse". Il se caractérise par des taches brunes bilatérales et symétriques sur le visage, d'où cet effet de "masque". Le chloasma disparaît normalement à l'accouchement, mais peut parfois persister.

- Les éphélides ou taches de rousseur : elles sont héréditaires, mais peuvent s'accentuer au soleil.

- Le nævus ou grain de beauté : souvent congénitaux, il correspond à une anomalie dans la prolifération des mélanocytes, cellules de la peau produisant la mélanine. Ils sont habituellement bénins. Ce sont des taches plates ou très légèrement surélevées de taille et de forme variable, mais qui peuvent évoluer et dégénérer en cancer (mélanome). C'est pour cette raison que les nævus doivent être surveillés.

 Les traitements naturels

Il existe de nombreuses méthodes pour enlever les taches brunes comme le laser (très onéreux et douloureux), la lumière pulsée, la dermabrasion (peeling extrême de la peau, solution qui nécessite une anesthésie locale voire régionale), des crèmes dermatologiques (souvent très chères et non remboursées par la Sécurité Sociale). Pourtant, il existe des solutions naturelles pour les traiter. La nature nous offre tous ces actifs dans différentes plantes. Il suffit de bien les choisir.

Il faut éviter à tout prix les traitements à base d'hydroquinone synthétique, à effet dépigmentant et blanchissant, soupçonnés d'être à l’origine de certains cancers de la peau.

- Les huiles végétales riches en antioxydants, mais aussi celles qui contiennent des acides trans-rétinoïques (vitamine A) qui ont la particularité d'avoir une activité légèrement exfoliante et de gommer lentement mais sûrement les taches pigmentaires. En revanche, il faudra faire preuve de patience, car la couche cornée de la peau met 1 mois pour se renouveler et que ce phénomène ralentit avec l'âge.

- Une application régulière des huiles végétales (Lys, Rose musquée, Argousier, Graines de pin maritime, Busserole, Chaulmoogra) et des huiles essentielles (Carotte, Céleri, Livèche, Géranium rosat, Hélichryse italienne, Citron) associées auront une action complémentaire et synergique exceptionnelle. L'assiduité est tout aussi importante pour avoir des résultats et être pleinement satisfait.

Attention, l'HE de céleri et l'HE de citron  sont  photosensibilisantes, évitez de vous exposer au soleil dans les heures qui suivent leur utilisation au risque de développer une réaction cutanée (gonflement, rougeurs, irritations). À utiliser donc de préférence uniquement le soir.


Un usage non adapté des huiles essentielles peut notamment entraîner entre autre des toxicités neurologiques, rénales, hépatiques, etc. Certaines huiles essentielles sont formellement contre-indiquées en cas d'épilepsie, d'asthme, de grossesse, d'antécédent de cancers hormonaux-dépendant… Dans tous les cas, il est toujours préférable de se référer à l'avis d'un aromathérapeute.
Des gommages exfoliants pour graduellement enlever la couche de cellules mortes et la remplacer par des cellules nouvelles.

L'alimentation joue aussi un rôle fondamental dans la pigmentation de la peau, elle n'est donc pas à déconsidérer, elle est même primordiale ! En consommant régulièrement des produits alimentaires riches en molécules antioxydantes, il est tout à fait possible d'agir contre les taches brunes. 

Les aliments à privilégier sont : 

la Vitamine C : agrumes, kiwi, fraise, cresson, tomate, poivron
les Caroténoïdes : tomate, carotte, citrouille, patate douce, mangue, abricot, melon,...
les Polyphénols : raisin rouge, tomates, mûres, framboises, myrtilles
la Vitamine A : foie, jaune d’œuf, poisson gras, beurre, fromage
la Vitamine E : huile végétale (tournesol, noix, noisette, olive, colza), amande, noisette, 
le Zinc : huîtres, pain complet, fruits de mer, jaune d’oeufs, graines de courge
le Sélénium : fruits de mer, poisson, champignons, ail, oignon, céréales complètes

Consommés quotidiennement, ces aliments permettent à l'organisme de mener une lutte acharnée contre les radicaux libres responsables du vieillissement cutané et de l'apparition des taches brunes.