Analyse : soin protéiné two-step Aphogee



Décryptage de la composition d'un soin protéiné "conventionnel" demandée par Stéphanie.

Description :  Traitement de choc en 2 étapes formulé à base de protéines pour redonner force et vigueur aux cheveux les plus endommagés, notamment par les défrisages ou les colorations. Ce traitement sera un bon allié pour rebooster votre chevelure.

Marque : Aphogee

Nom : Two-Step Protein Treatment

Type : Soin protéiné

Note : 2/5

---------------------------------------------

Pour savoir ce que contient vraiment un cosmétique, il faut trouver l'INCI, l'International Nomenclature Cosmetics Ingredients ou Nomenclature Internationale des Ingrédients Cosmétiques, c'est-à-dire la liste de tous les ingrédients que contient le cosmétique.

Voici la liste INCI du produit que nous allons analyser :


Hydrolyzed Collagen, Water, Citric Acid, Dimethylol Urea, Magnesium Sulfate, Ethylene Urea, Hydrolyzed Vegetable Protein PG-Propyl Silanetriol, Trimethylsiloxyamodimethicone, Mauritia Flexuosa Fruit Oil, Panthenol, Phytantriol, Tocopheryl Acetate, Glycerin, Cocamidopropyl Betaine, Fragrance, Magnesium Carbonate, Diethylene Glycol, Trideceth-12, C11-15 Pareth-7, C12-16 Pareth-9, DMDM Hydantoin, Linalool.
À noter que les 4 ou 5 premiers ingrédients notés en premier dans la liste représentent entre 80 et 90 % du produit. Les ingrédients placés en fin de liste sont peu présents et donc moins problématiques. Pour vous simplifier la vie, vous pouvez déjà vous concentrer sur les 3 ou 4 premiers ingrédients.


 

Conclusion : Ce soin présente bien en première position une protéine de collagène, mais on remarque non loin 2 autres ingrédients le Dimethylol Urea et l'Ethylene Urea qui sont des dérivés d'urée et de formaldehyde. Le formaldehyde (ou formol) notamment utilisé dans les fameux lissages brésiliens a la capacité de croiser les liaisons du cheveu avec la cystéine, l'acide aminé prédominant dans la kératine du cheveu, et donc de fournir un effet de renforcement. C'est sans doute pour cela que le produit nécessite d'utiliser de la chaleur pour activer les effets du formaldehyde comme dans le lissage brésilien. En effet, le formaldehyde de joue le rôle de fixateur, c'est-à-dire de "colle" pour bien sceller la kératine dans les cheveux grâce à la chaleur des plaques. Sans ces composants chimiques complétés de la chaleur, la protéine de collagène n'adhérerait probablement pas aux cheveux et les liaisons de kératine du cheveu ne seraient pas bien scellées. Les conservateurs quant à eux, sont potentiellement irritant. 

Behentrimonium chloride, Cetrimonium chloride, etc.


Après mon articles sur les quats, on continue avec des ingrédients qui servent la plupart du temps à remplacer silicone, c'est-à-dire à donner le même effet conditionnant, démêlant, et pour la plupart le même effet occlusif ou cumulatif.

Dans le monde merveilleux du "sans silicone", quatre ingrédients sont couramment utilisés. Il s'agit du Behentrimonium chloride (ou chlorure de behentrimonium), du Cetrimonium chloride (ou chlorure de cétrimonium), 
du Behentrimonium methosulfate (BTMS) et du Stearamidopropyl dimethylamine.

Le Behentrimonium chloride

C'est un composé d'ammonium quaternaire de type tensioactif cationique à longue chaîne grasse, qui sert à la fois d'émulsifiant (pour stabiliser un mélange d'eau et d'huile), de conditionneur (démêlant, gainant), d'antistatique (évite le statique dans les cheveux) et de conservateur/antiseptique (tue les bactéries). Celui-ci a la propriété particulière d'être employé fréquemment comme algicide (biocide destiné à tuer les algues).

Son action est favorisée lorsqu'il est combiné avec certains acides gras comme le Cetyl alcohol ou les Stearyl alcohol et Cetearyl alcohol (combinaison de Stearyl et Cetyl alcohol). D'autres corps gras ou huiles comme l'huile de coco ou le beurre de karité favorisent encore son absorption capillaire. Il est conseillé de ne pas utiliser les produits à base de Behentrimonium avec des shampoings à tendance acide, mais plutôt à ph neutre.

Cet ingrédient est à éviter absolument, car il est très irritant pour les muqueuses (faites très attention à vos yeux si votre après-shampoing en contient), et très polluant aussi. Son dosage maximal est de 0,1%
Si le behentrimonium chloride apparaît en 3e ou 4e position (ou encore plus haut) d'un produit, c'est qu'il est présent en forte concentration et que tous les ingrédients venant après sont en quantité infime. Vous pouvez être sûr alors que le produit contient quasiment à 100% uniquement de l'eau, des alcools gras et des émulsifiants. Des études montrent qu'à plus de 1%, il provoque la mort des tissus. On le retrouve souvent dans la composition des colorations d'oxydation, ou dans les produits de la cosmétique conventionnelle.

Le Cetrimonium Chloride

- Tout comme le behentrimonium chloride, il s'agit d'un composé d'ammonium quaternaire. Il a les mêmes fonctions d'émulsifiant, conditionneur et antiseptique. 

Le Cetrimonium chloride tout comme son cousin le Behentrimonium Chloride créent des couches qui vont s'accumuler absolument de la même façon et avoir les effets similaires aux silicones. Les sels d'ammoniums quaternaires susceptibles de s'agglutiner et de s'accumuler sur les cheveux sont ceux qui font partie de cette catégorie : 

Stearalkonium chloride, Cetrimonium Chloride, Behentrimonium chloride, Cetrimonium bromide, Cinnamidopropyltrimonium chloride, Dicetyldimonium chloride, Hydrogenated palm trimethylammonium chloride, Lauryltrimonium chloride, Quaternium-15, Quaternium-22.

Au même titre que le behentrimonium chloride, c'est un puissant biocide, il tue les micro-organismes et il est toxique. Sa concentration maximale est également de 0,1%. Comme précédemment, cet ingrédient peut provoquer des irritations, surtout au niveau des yeux. Il vaut mieux éviter tout contact avec le cuir chevelu et avec la peau, et privilégier un usage uniquement sur les pointes en prenant soin de laver ses cheveux la tête en bas pour que le produit ne coule pas sur le visage ou dans le dos lors du rinçage.



On peut trouver ces deux ingrédients dans les masques capillaires et les après-shampoings. Le Cetrimonium Chloride fait partie des produits chimiques à éviter selon UFC-Que Choisir classé comme dangereux et toxique.

Le Behentrimonium Methosulfate

- C'est également un ammonium quaternaire moins nocif (même effet démêlant et lissant), mais rendu occlusif par la présence de cetearyl alcohol, il se fixe durablement sur le cuir chevelu ou la peau, et les étouffe comme les silicones. 

Le BTMS est dispersible dans l'eau, mais insoluble à cause de l'alcool qu'il contient : c'est cet alcool qui le rend occlusif. En éliminant cet alcool, on obtient du BTMS qui n'aura plus d'action occlusive puisqu'il se rincera alors plus facilement.

La question du BTMS fait débat, mais dans tous les cas, il se rince beaucoup plus facilement qu'un polyquaternium, toutefois son procédé de fabrication n'en est pas moins polluant et énergivore... Au tout début de mon aventure capillaire au naturel, je l'utilisais beaucoup dans mes tambouilles maison, mais au fil du temps, il m'a occasionné des désordres capillaires, j'ai donc pris la décision de le bannir définitivement de ma routine (lire mon article là-dessus).

Le Stearamidopropyl Dimethylamine

- C'est un autre agent conditionneur plus connu sous le nom de Conditioner Emulsifier. C'est un tensioactif cationique d'origine végétale qui est obtenu par transformation de l'huile de palme et qui devient ammonium quaternaire en milieu acide (il agit mieux en coalition avec l'acide lactique ou l'acide citrique à hauteur de 0,5 à 1%).

Il n'est pas dangereux et ne s'accumule pas. Il se rince facilement et ne forme pas de couches sur les cheveux tout comme les quats faisant partie de la même famille :  Isostearamidopropyl diethylamine, Stearamidopropyl diethylamine, Isostearamidopropyl morpholine, Wheatgermamidopropyl dimethylamine, Behenamidopropyl dimethylamine... mais son procédé de fabrication est extrêmement polluant, donc non écologique.

L'adjonction d'acide lactique/citrique permet de neutraliser les amines et de réduire l'effet destructeur des composés d'ammoniums quaternaires sur la fibre capillaire. 
Le Behentrimonium Chloride et le Stearamidopropyl Dimethylamine sont des tensioactifs, ils n'ont pas d'action gainante ou colmatante, mais ils lissent les écailles de la cuticule. Ce sont de très bons démêlants, anti-frisottis et anti-statiques, mais ils peuvent (parfois) donner la sensation d'assécher le cheveu à terme.

————————

Les quats dérivés de la gomme de guar sont particulièrement employés dans les produits naturels car le mot "guar" induit en erreur les consommateurs plus avertis. Ces ingrédients hydroxypropyliques (guar modifiée par esthérification) sont des conditionneurs filmogènes et antistatiques. Leur charge les rend occlusifs, sans parler du fait qu'ils ne sont pas tous solubles dans l'eau

Le plus courant le Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride est bien soluble dans l'eau, sauf que sa charge positive le rend occlusif quand même, il faut donc qu'il soit couplé avec un tensioactif anionique pour que cet effet soit annulé. 

Les tensioactifs anioniques sont très bon marché, moussent abondamment et sont très détergents. Avec eux, ça décapent à mort ! On y retrouve le Sodium lauryl sulfate, irritant, remplacé aussi par une forme éthoxylée le Sodium laureth sulfate. Certes un peu mieux toléré par la peau, mais sa fabrication utilise un procédé polluant.

Le Behentrimonium chloride et le Cetrimonium Chloride peuvent avoir une utilité de temps en temps pour lisser et conditionner la fibre capillaire de façon artificielle. Le mieux est de se laver les cheveux la tête en bas, d'appliquer le produit en quantité modérée sans toucher au cuir chevelu, laisser poser 1 ou 2 minutes, et rincer en prenant soin de ne rien laisser couler sur le visage. 

Je déconseille fortement d'utiliser les produits qui contiennent ces quats dans un henné ou toute préparation entrant en contact avec le cuir chevelu.

Sources : l'observatoire des cosmétiques - international journal of toxicology - cir-safety (PDF) - cationic guar gumwhat are cationic surfactants - wikipedia tensioactif - cationic surfactants

Les quats & compagnie


Les quats (Quaternary Ammonium Cation) sont employés comme antistatiques dans les produits capillaires pour éviter que les cheveux soient électriques et pour faciliter le coiffage. Quels sont leurs effets, à quoi servent-ils et faut-il les éviter ?

Le quat est un conditionneur d'origine synthétique qui remplace les silicones dans les produits capillaires. Il est présent dans les produits dits "sans silicone" pour rassurer le consommateur sur leur innocuité tant pour la santé que pour l'environnement, mais il a exactement la même fonction : c'est un substitut qui a les mêmes effets. On pourrait penser que les silicones ont été remplacés par des actifs hydratants, mais l'étude de leur formulation (liste INCI) nous apprend qu'il n'en est rien. En fait, la chimie remplace une autre chimie. Et ce sont les sels d'ammonium quaternaire (quats) qui agissent (discrètement) à la place des silicones. Malheureusement, ces quaternaires sont plus nocifs que les silicones.
i Un conditionneur est un produit dont l'action va agir sur la texture du cheveu comme lisser sa cuticule pour lui donner un aspect brillant, souple et soyeux, empêcher les frictions avec les autres fibres (action démêlante) tout en la gainant pour la protéger des frisottis et des agressions extérieures (brossage, chaleur,…). 

Où les trouve-t-on et à quoi servent-ils ?

On les trouve particulièrement dans les produits capillaires, les shampoings et les conditionneurs capillaires (après-shampoings) et tous les produits "cracra" destinés aux cheveux (colorations, démêlants, défrisants), où ils sont utilisés comme tensioactifs cationiques pour leurs propriétés démêlantes et lubrifiantes.

Leur chaîne grasse est dérivée de divers composants huileux comme l'huile de coco, de ricin ou encore de colza… Plus cette chaîne grasse est longue, plus le quat sera lubrifiant. C'est pourquoi ils sont privilégiés dans les conditionneurs pour cheveux secs et abîmés, en particulier le Behentrimonium ou Propyltrimonium. 

On y trouve aussi des ammoniums polyquaternaires (les polyquats) connus pour leur effet gainant. Ce sont de parfaits substituts aux silicones (tout aussi occlusifs et nocifs), car ils améliorent l'aspect des cheveux totalement artificiellement : comme les silicones, ils donnent temporairement un meilleur aspect aux cheveux. Ils ne réparent en rien le cheveu, mais pénètrent la fibre capillaire et bouchent les trous de la cuticule. Antistatiques, ils enrobent le cheveu, le gainent, lui donnent un toucher doux et souple, de la brillance et du volume.

Ils sont aussi présents à profusion dans d'autres produits cosmétiques destinés au nettoyage de la peau (gels douche, savons liquides, crèmes à raser) ou dans les cosmétiques pour le soin de la peau où ils servent soit de conservateurs pour leurs propriétés antimicrobiennes, soit d'hydratants indirects (protection contre la déshydratation), ou encore d'agents épaississants/gélifiants. 

Comment les repérer ?

On peut les reconnaître dans la composition INCI par leur nom qui contient "monium", "chloride", "bromide" ou "quaternium" suivi d"un chiffre.

Quelques exemples : Quaternium-chiffre, Polyquaternium-chiffre, CTAC (Cetyl triméthyl ammonium chlorure), DSDMAC (Quaternium-5), BTMS (Alcool cétéarylique et behentrimonium methosulfate), Dipalmitoylethyl hydroxyethylmonium methosulfate, Hydroxypropyl guar, Behentrimonium chloride, Cetrimonium choride, Hydroxypropyltrimonium chloride…

Faut-il les éviter ?

Les ammoniums (poly)quaternaires ont un léger effet irritant sur la peau et sont partiellement ou non biodégradables.

Quelques-uns d'entre eux comme les Cetrimonium chloride et Behentrimonium chloride sont des allergènes reconnus, ils sont irritants pour la peau et les yeux, il vaut mieux éviter tout contact avec le cuir chevelu et avec la peau du visage. Malgré ses effets allergènes/irritants, la législation autorise leur utilisation jusqu'à une concentration maximale de 0,1 % en cosmétique. Par ailleurs, leurs procédés de fabrication sont polluants et peuvent s'avérer toxiques pour l'environnement, car on les emploie comme algicide, biocide destiné à tuer les algues.

L'arnaque des capillaires "sans silicone"

Beaucoup de personnes deviennent de plus en plus conscientes de l'arnaque qui se cache derrière les produits estampillés "sans silicone" qui a tout pour plaire, mais il y a encore de nombreuses personnes qui ignorent la vérité en ce qui concerne ces fameux produits.

En réalité, la prétendue composition sans silicones ne l'est peut-être pas tant que ça finalement… Cela concerne surtout les produits qu'on peut retrouver en grande surface ou en pharmacie... En gros dans les produits cosmétiques conventionnelsEt le consommateur, aveuglé par les mentions "plantes", "nature", "fleur", "végétal", de se jeter dessus les yeux fermés.

Attention au marketing de base du genre "sans", "sans", "sans" et "sans" (à se demander si vraiment il reste encore quelque chose dans ces produits tellement les flacons sont peinturlurés de "sans" à outrance) : ils sont souvent remplacés par des susbtances encore bien moins recommandables. Vérifiez donc la composition de vos produits, car ils peuvent tout à fait contenir des substituts agissant exactement de la même façon.

Pour éviter les ammoniums (poly)quaternaires, privilégiez les produits cosmétiques bio certifiés qui les interdits, excepté le BTMS (Alcool cétéarylique et Behentrimonium methosulfate) accepté par le label Cosmébio qui est présent dans la majorité des après-shampoings bio.

Focus sur l'huile de calophylle


L'huile de calophylle encore appelée huile Tamanu par les tahitiens, ou Fohara par les Malgaches est issue d'un arbre dont on récolte les noix remplies d'huile. Cette huile provient des noix d'un petit arbre : le takamaka (ou tamananu) dont le nom latin est Calophyllum inophyllum

Présentation

Le takamaka est un arbre de 8 à 20 m de hauteur, au tronc tortueux pouvant atteindre 1,5 m de diamètre recouvert d’une écorce jaune-ocre. Il est connu sous divers autres noms dans différentes régions du globe. Il est appelé "tamanu" en Polynésie, "fohara" à Madagascar et "takamaka" à la Réunion.


Ses feuilles d'un vert profond sont fermes et luisantes. Ses fleurs blanches qui dégagent un parfum suave, sont utilisées pour parfumer le monoï.

Les fruits en grappes éparses ressemblent à des noix d'environ 2 cm à 4 cm de diamètre, de couleur vert pâle, ils deviennent jaune ocre foncé à maturité. Ils renferment une amande globuleuse jaune pâle ornée de deux demi-sphères. 

Les amandes fraîches sont totalement dépourvues d'huile, mais après exposition au soleil pendant quelques semaines, elles deviennent brunâtres, et dégagent une odeur aromatique. Contrairement à la plupart des huiles végétales, l'huile de calophylle n'existe pas dans le fruit mûr lorsqu'il tombe de l'arbre. Son huile se constitue progressivement pendant la phase de séchage.

Intérêt thérapeuthique

L'huile de calophylle/tamanu a des propriétés analgésiques et surtout cicatrisantes. Son efficacité est probante sur les plaies difficiles à cicatriser, les brûlures, les plaies post-opératoires et les ulcères. Elle présente également des propriétés antalgiques, anti-inflammatoires et antibiotiques. Elle peut être utilisée tant sur les lésions des muqueuses que celles de l'épiderme.

Elle permet une meilleure circulation du sang, et soulage les douleurs articulaires ou musculaires. De quoi lui faire une place dans son armoire à pharmacie ! 



C'est une huile est naturellement riche en inophyllin A (anti-bactérien, action désinfectante), en calaustraline et inophyllolide (puissants cicatrisants), en polyphénols (antioxydants, puissant activateur de circulation veineuse). Elle contient en outre, 92% de lipides neutre, 6,4% de glycolipides et 1,6% de phospholipides.

Grâce à toutes ces propriétés, l'huile de calophylle est un remède naturel utile pour soigner un large éventail d'affections de la peau.

Elle soigne efficacement :

- Les peaux à problèmes : eczéma, psoriasis, mycoses,…
- Les peaux irritées et abimées
- Les cicatrices, vergetures (même anciennes), escarres, fissures, crevasses
- Les infections cutanées (zona, gale, mycoses)
- La couperose et les troubles circulatoires (varices, jambes lourdes, hémorroïdes)
- Les douleurs rhumatismales (crise de goutte)

Elle convient à tous les types de peaux. Pour les peaux sensibles et/ou réactives, il est préférable de l'utiliser diluée dans une huile végétale de 10% à 25%.

Elle ne doit pas être appliquée pur sur la peau sur une période prolongée à cause de son acidité et de son action rubéfiante.

En usage cutané, il est possible de rendre l'huile de calophylle plus pénétrante (et moins irritante) en l'associant, à hauteur de 20%, à une huile végétale telle que l'huile de macadamia ou encore : olive, argan, amande douce. Cette précaution permet aussi d'atténuer l'effet légèrement "chauffant" de l'huile de calophylle.

En association avec des huiles essentielles habilement sélectionnées, l'huile de calophylle démultipliera ses précieuses vertus.  Voici quelques synergies :

- Pour les problèmes circulatoires et la couperose : huiles essentielles de Lentisque pistachier, Niaouli, Cyprès, Hélichryse italienne et Ciste.
- Pour soulager les douleurs rhumatismales : huiles essentielles de Gaulthérie et Eucalyptus citronnée.
- Pour son action contre les mycoses : huile essentielle de Palmarosa.
- Pour renforcer son effet sur l'eczéma et le psoriasis huiles essentielles de Lavande aspic, Géranium d'Egypte, Nard.

/!\ De par la présence d'huiles essentielles, ces mélange sont réservé aux adultes et contre-indiqué pour les femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu'aux personnes souffrant d'hypertension ou d'insuffisance rénale. 

L'huile de Calophylle protège les capillaires, les artères et les veines en les tonifiant et limite donc les problèmes de circulation comme les varices ou les hémorroïdes. Elle améliore également la circulation sanguine en fluidifiant le sang et en limitant la formation de caillots sanguins. Cette propriété associée à la première renforce son efficacité.

Grâce à son action cicatrisante et calmante, elle peut être utilisée par les sportifs qui souffrent de douleurs musculaires, tout comme les personnes souffrant d'arthrose ou de rhumatismes. Pour cela, il suffit de masser directement l'huile à l'endroit approprié afin de réduire la douleur. 

Elle est particulièrement recommandée en cas de mycose, d'herpès ou de zona. Elle est en outre cicatrisante pour les muqueuses et la peau. Elle peut s'appliquer sur les plaies, les boutons d'acné, l'eczéma, le zona, les vergetures et les escarres. 

Ses propriétés antiseptiques permettent de nettoyer la peau. De part son action cicatrisante, elle va régénérer les tissus cutanés abîmés. De plus, la vitamine E qu'elle contient va être un antioxydant qui va permettre notamment de lutter contre les rides. 

Elle embellit et fortifie également la chevelure. 

Précautions d'emploi

L'huile de tamanu est susceptible de provoquer des irritations cutanées et des rougeurs. Il est recommandé de la mélanger à une autre huile végétale en cas d'utilisation prolongée. Cette précaution vaut notamment pour les personnes sujettes à une peau sensible ou à tendance allergique. 

Il est préconisé aux femmes enceintes ou allaitantes de solliciter l'avis de leur médecin avant toute utilisation.

/!\ L'utilisation par voie interne fortement déconseillée ! En effet, un usage oral serait susceptible de provoquer vertiges, maux de tête et nausées. Par ailleurs, en raison de son activité sur la circulation sanguine, cette huile est contre-indiquée auprès de personnes sous anticoagulants du fait de son action fludifiante sanguine.

Conditions de conservation

C'est une huile stable qui se conserve au sec, à l'abri de la chaleur et de la lumière.

À savoir : En-dessous de 25 degrés, elle aurait tendance à se cristalliser (comme l'huile de coco), à moins de 14 degrés, elle se solidifie. Cependant, ce phénomène n'a aucune incidence sur sa qualitéPour la fluidifier, il suffit de passer le flacon sous un filet d'eau chaude.
Pour votre bien-être et une optimisation des bienfaits, il est conseillé de choisir une huile biologique portant la mention "première pression à froid".