Cheveux : 7 ans sans pétrochimie

janvier 28, 2017 , 0 Commentaires


Pendant des années, j'ai infligé de nombreux dommages à mes cheveux : défrisages à gogo, colorations chimiques répétées, utilisation régulière d'appareils chauffants, shampoings 2 à 3 fois par semaine et utilisation de produits bourrés de substances chimiques bien dégueulasses.

Ces mauvaises habitudes capillaires faisaient que j'avais les cheveux ternes, secs, cassants, fragilisés, un cuir chevelu irrité, pelliculaire où cohabitaient joyeusement des pellicules grasses et sèches qui me démangeaient terriblement et des pointes fourchues et effilochées. Bref, un vrai désastre...

Malgré tous les soins que je pouvais apporter à ma chevelure, rien ne fonctionnait. Les compositions douteuses des produits que j'utilisais à cette époque n'arrangeaient rien, même si sur le coup mes cheveux semblaient aller mieux, les problèmes revenaient encore et toujours... C'était un véritable cercle vicieux.

À force de tirer sur la corde, elle a fini par se rompre. J'ai commencé à perdre mes cheveux à l'arrière de ma tête, un "vilain trou" s'est formé à l'arrière de ma tête et il prenait de plus en plus d'ampleur. À ce moment-là, j'ai eu un déclic : il me fallait agir au plus vite, sinon "bonjour les dégâts !".

La première décision que j'ai prise a été radicale (et sans regret non plus), c'est que j'ai coupé mes cheveux jusqu'au niveau du menton. C'était la meilleure et l'unique solution à mon sens, car il ne faut pas se leurrer, un cheveu abîmé ne se répare JAMAIS !!! Par contre, j'ai continué à utiliser mes produits "cracra-beurk" jusqu'à ce que je découvre les soins naturels, et là ça a été la révélation ! 

Du jour au lendemain, j'ai laissé tomber mes produits conventionnels, j'ai arrêté net les colorations chimiques, le maniement des appareils chauffants, ... mais la transition du chimique au naturel n'a pas été simple. Mes cheveux ont bien mis 6 mois pour se "désintoxiquer" des résidus chimiques qui s'étaitent accumulé au fil des années sur ma fibre capillaire. Au fur et à mesure, que j'expérimentais les soins bio/naturels, j'ai vu mes cheveux tels qu'ils étaient vraiment sous la couche de chimique, et cela a été un véritable choc.

J'ai failli renoncer à plusieurs reprises et revenir à la pétrochimie car j'avais l'impression que les nouveaux produits que j'utilisais les rendaient encore plus secs, plus ternes, plus rèches, alors qu'en réalité (je l'ai compris bien plus tard), ils ne faisaient que les nettoyer et montrer leur véritable état. Il m'a fallu "affronter" cette pénible période pour pouvoir ensuite profiter à fond des bienfaits du passage au naturel. La clé de la réussite dans cette mission : une bonne dose de patience, de la persévérance et des soins fréquents !


Mes cheveux actuels
Durant cette transition, j'ai continué à défriser mes cheveux en passant d'un défrisage tous les 3 mois à un défrisage tous les 6 mois avant de tout arrêter. Et là, j'ai enfin pu (re)découvrir la vraie texture mes cheveux (cheveux qui ondulent naturellement) et leur étonnante versatilité, passant ainsi du bouclé au raide sans avoir recours à des procédés chimiques et/ou d'appareil chauffant.

Au tout début de ma nouvelle aventure capillaire, je me suis beaucoup renseigné, j'ai découvert énormément de produits que j'achetais en grande quantité, j'ai testé toutes sortes de soins et d'astuces jusqu'à ce que je trouve ce qui me correspondait le mieux. Ensuite, c'est un cercle vertueux qui s'est mis en place : mes cheveux poussaient mieux, se renforcaient davantage, révèlaient leur brillance naturelle, et embellissaient clairement !

Cette magnifique expérience m'a appris à aimer et à mieux connaître mes cheveux sur le bout des doigts, ce qui fait qu'aujourd'hui, je connais avec exactitude les produits qui leur convient, les soins qui leur font du bien et ce dont ils ont besoin à un moment donné.

Après 2 ans de soins naturels, le trou à l'arrière de ma tête s'est vite résorbé, mes cheveux ont poussé à vive allure, et j'ai même pu atteindre mon objectif longueur qui s'est soldé par un "Tailbone Length" (longueur des cheveux au niveau du coccyx). Lasse de cette longue chevelure, j'ai fini par tout couper en 2 fois en été 2015 pour une coupe au niveau des épaules et une autre au niveau du cou. A l'heure qu'il est, ils m'arrivent presque à l'attache du soutien-gorge... J'avais prévu une nouvelle coupe à la fin de l'année, mais au final j'ai juste tailler mes pointes.


 L'époque de mes cheveux longs
Quand on passe au naturel, on n'est plus passif face au marketing. Ce qui m'a valu d'apprendre à déchiffrer les étiquettes, j'ai cessé d'attendre le produit miracle qui va tout faire tout de suite, et j'ai clairement choisi l'efficacité aux croyances et dépenses inutiles.

Mes cheveux ont été la première étape vers le passage aux soins naturels. Maintenant c'est tout mon corps qui y passe.... Pour me soigner et nettoyer mon intérieur, c'est la même chose, même s'il y a encore des points à revoir. Côté nourriture, je suis encore entre chien et loup, ça viendra peut être un jour... chaque chose en son temps...

Le bilan en un mot : l'état et la qualité de mes cheveux (brillance, force, douceur, souplesse, légèreté) s'est grandement amélioré, au delà même de toutes mes espérances.

Charlène

Some say he’s half man half fish, others say he’s more of a seventy/thirty split. Either way he’s a fishy bastard. Google

0 commentaires:

Être courtois et constructif ne signifie pas aimer tout ce qui est publié sur ce blog. Vous avez bien sûr le droit de ne pas adhérer à un sujet d'article ou à une idée... Je vous demande alors de simplement vous en détourner, de passer votre chemin (aussi vite que possible pour limiter votre contrariété !). Les commentaires sont d’autant plus intéressants et enrichissants lorsque ceux-ci sont constructifs. Quels que soient vos interventions et vos commentaires, courtoisie et diplomatie sont de mise !